Atelier de la Volane

Sona Karadelian et Denis Cunin

Céramistes spécialisés dans les cristallisations, nous restons avant tout des potiers, c’est-à-dire des gens en contact constant, au cours de leur travail, avec l’élément terre. Là réside le sens de notre métier. Prendre un bol de potier en main le matin doit donner l’occasion d’établir et de sentir ce contact avec la terre.

Les cristaux ont ceci de fascinant qu’ils sont à la frontière entre le règne minéral et le règne du vivant. Ils ont, comme les cellules, une enveloppe et un noyau. Ils naissent et grandissent comme des êtres vivants, avant de se figer dans une forme qui n’évoluera presque plus pendant des milliers d’année. Nous avons à chaque cuisson l’impression de voir le minéral essayer d’accéder à la vie et à la conscience. On se dit même parfois qu’il y parvient peut-être, d’une manière qui nous échappe.

A nos yeux, la valeur essentielle des métiers d’art est la suivante : quand on passe plusieurs heures concentré à travailler sur une pièce, un silence intérieur se fait, et à ce moment là, il y a quelque chose d’humain qui passe dans l’objet. C’est ce qui en fait une pièce unique.
Ce n’est pas facile parce que la valeur humaine n’est actuellement pas à son meilleur taux mais justement… nous poursuivons en nous disant que notre travail a au moins la valeur d’une goutte d’eau de colibri.

.